quartier - Art public et commémoration

Monument aux braves de Montréal



Projet

Simple mais colossal, un mémorial de granit se dresse à l'angle de la rue Peel et du boulevard René-Lévesque Ouest. Le cénotaphe évoque un autel, symbole du sacrifice des soldats montréalais qui ont perdu la vie dans les combats de la Première Guerre mondiale de 1914-1918.

Depuis 1918, le 11 novembre, on avait coutume de transporter un monument de plâtre au square Dominion pour y célébrer l'Armistice. En 1924, le gouverneur général du Canada Lord Byng de Vimy dévoile un monument imposant qui rappelle le courage des Braves de Montréal décédés outre-atlantique pendant la Première Guerre mondiale. À onze heures précises, la foule observe deux minutes d'un silence absolu. Émouvante, la cérémonie se déroule en anglais et en français, à l'image d'un pays uni par la tristesse.

Ce monument est inspiré par «The Cenotaph» de Londres, le plus célèbre au monde, conçu en 1920 par Sir Edward Lutyens. L'épée en forme de croix qui domine l'inscription traduit la foi catholique qui anime plusieurs combattants en sol européen. L'écriteau du monument a été ultérieurement modifié pour rendre hommage aux soldats qui ont sacrifié leur vie à la Seconde Guerre mondiale et à la guerre de Corée.

Image : HM_ARC_002678

Monument aux braves de Montréal, cathédrale Marie-Reine-du-Monde en arrière plan

Photographie
Ville de Montréal, SDCQMVDE
© Ville de Montréal, SDCQMVDE, Direction des grands parcs et de la nature en ville (DM5 #98 514), © Héritage Montréal