Sans le canal Montréal ne serait pas Montréal

Pour pénétrer à l’intérieur du continent et faire commerce, il faut contourner les rapides de Lachine. Un obstacle? Un tremplin plutôt. Ce corridor navigable long de 14 km génère un trafic maritime impressionnant.  Et, entre 1840 et 1940, pas moins de 800 industries s’installent dans le secteur du canal de Lachine considéré comme le berceau de l’industrie manufacturière au Canada.

Séquence 1 Aventure extrême

Les rapides de Lachine sont un obstacle majeur pour se rendre à l’intérieur du continent. Pour les contourner, la construction du canal et le développement industriel sur ses rives sont un véritable exploit pour l’époque.

Séquence 2 Une histoire en soie

La soie a toujours fait rêver. Sur la rive sud du canal, l’usine des frères Belding produit de la soie en quantités industrielles pour répondre à la popularité des robes à crinolines, des bas de soie et pour décorer les héros des guerres européennes.

Séquence 3 La cotonnade

L’industrie du coton participe à la variété d’industries qui s’installent le long du canal. La mécanisation influence l’architecture, le volume de production mais aussi le rythme de travail. Des solidarités se tissent pour améliorer les conditions de travail des salariés, des femmes et des enfants pour la plupart.

Séquence 4 Bien avant le cellulaire

L’effervescence dans le secteur du canal au 19e siècle attire des géants de l’industrie dont celles de la téléphonie. L’usine de la Northern Electric est parmi les plus imposantes à Montréal.

Séquence 5 Les industries ont soif

Les industries exigent des volumes d’eau importants pour actionner les machines.  La gestion de l’eau au canal sera de tout temps problématique car il faut à la fois répondre aux exigences de la navigation et de la production industrielle.

Version flash