Pont Victoria


Commémoration

Monument aux Irlandais morts du typhus à Montréal

Marqué d'une pierre noire

Ils fuyaient la famine, rêvant d'une terre promise au sol généreux. Le sort de plus de

13 000 Irlandais décimés par le typhus en 1847 et 1848 est aujourd'hui marqué d'une

pierre noire, à l'entrée nord du pont Victoria, dans le secteur de Pointe-Saint-Charles. Les conditions insalubres lors de la traversée de l'Atlantique causent le décès de la moitié d'entre eux. Accueillis dans des hôpitaux de fortune, 22 baraques de bois dans le Village-aux-Oies de Pointe-Saint-Charles, les autres périssent durant cette épidémie. Des Montréalais dont le maire John Easton Mills et plusieurs religieux venus à leur secours perdent aussi la vie : l'effet de cette maladie est foudroyant. Anonymes, la plupart sont inhumés dans un cimetière improvisé, près du futur pont Victoria. De nombreuses familles montréalaises francophones adopteront les orphelins de cette tragédie.

Lors des travaux de construction du pont Victoria, des ouvriers pour une bonne part d'origine irlandaise découvrent les ossements de ces victimes pour lesquels aucun monument n'a été érigé. Dix ans plus tard, en 1859, ces ouvriers décident d'offrir une sépulture collective à la mémoire de ces émigrants d'Irlande en quête d'une vie meilleure en Amérique. Sur une pierre qu'ils auraient retirée du fleuve à proximité des travaux d'érection du pont Victoria, ils gravent une inscription relatant le tragique événement de 1847. Ce monument de près de quatre mètres de haut et de large est situé à l'entrée nord du pont Victoria, sur les lieux mêmes du petit cimetière de fortune.

Inscription:

TO

PRESERVE FROM DESECRATION

THE RAMINS OF 6000 IMMIGRANTS

WHO DIED OF SHIP FEVER

A. D. 1847-8

THIS STONE

IS ERECTED BY THE WORKMEN

OF

MESSRS. PETO, BRASSEY ANS BETTS

EMPLOYED IN THE CONSTRUCTION

OF THE VICTORIA BRIDGE

A.D. 1859