Pont du Grand Tronc


Histoire

À l'extrémité ouest de l'île de Montréal, Sainte-Anne-de-Bellevue connaît une transformation radicale lorsque la Compagnie du Grand Tronc place le petit village dans l'itinéraire de ses trains entre Montréal et Toronto : un pont de train enjambera la rivière des Outaouais en 1854!

L'élite de l'époque imite la grande bourgeoisie européenne et américaine et cherche refuge dans des lieux pittoresques, en bordure d'eau. Des gens de l'industrie et de la finance partagent désormais leur temps entre leur résidence cossue du square Mile et leurs nouveaux domaines dessinés par les architectes les plus cotés : Robert Findlay, John William Hopkins, les frères Maxwell... De véritables châteaux émergent à Senneville, à proximité de la gare de Sainte-Anne-de-Bellevue. Les fermes d'élevage et de cultures expérimentales se multiplient. L'architecte Edward Maxwell élève des vaches Jersey alors que Sir Edward Clouston produit du lait, des légumes et fait pousser pêchers et nectarines à l'abri des serres.

Le petit village rural se reconnaît à peine. Une bonne partie de sa population quitte le travail de la terre et passe au service des riches villégiateurs ou d'hôteliers plus modestes. Des centaines de nouveaux emplois sont créés : jardinier, palefrenier, femme de chambre… Le passage du train fait de Sainte-Anne-de-Bellevue une destination à la mode!

Image : HM_ARC_003487

Pont du Canadien Pacifique avec train de passagers et rail du Canadien Nord

Photographie
Archives du Chemin de fer Canadien Pacifique
© Archives du Chemin de fer Canadien Pacifique (# NS 4144), © Héritage Montréal

Image : HM_ARC_003490

Pont du Canadien Pacifique et rivière des Outaouais
1910
Photographie
Archives du Chemin de fer Canadien Pacifique
© Archives du Chemin de fer Canadien Pacifique (# NS 1376), © Héritage Montréal

Image : HM_ARC_003491

Pont du Canadien Pacifique

Photographie
Archives du Chemin de fer Canadien Pacifique
© Archives du Chemin de fer Canadien Pacifique (# A 1377), © Héritage Montréal